Atelier pour le renforcement des capacités des contrôleurs

Contexte

Le contrôle du respect de la réglementation dans le domaine de l’exploitation forestière est l’une des missions régaliennes assurées par le MINFOF. Pour jouer efficacement ce rôle, le MINFOF s’est doté d’un arsenal juridique et d’outils performants (création du SIGIF, de la BNC, du SIGICOF et surtout l’élaboration et la mise en application de la stratégie nationale de contrôle forestier et faunique). Malgré tous les efforts consentis, les résultats tardent encore à être perceptibles comme en témoigne la résurgence des activités d’exploitation illégale sous de multiples formes dans les différents types de titres d’exploitation. Le contrôle forestier effectué par l’Administration devient progressivement inopérant : les agents de contrôle ne sont pas en situation de réaliser un contrôle efficace des activités forestières, tant au niveau de la production (agents MINFOF) que de la transformation (entrée usine) ou du circuit d’évacuation des bois (check point PSRF). Ceci est dû à la faible appropriation de certains de ces outils tout comme à une maîtrise insuffisante de ceux-ci. Dans ce processus il est apparu la nécessité de l’organisation d’un forum pouvant permettre au cadre du MINFOF commis au contrôle et aux autres personnes ressources, la capitalisation et le transfert des expériences accumulées

Situation observée

Le Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF) a organisé dans la salle des conférences de l’Hôtel SEME à Limbé du 09 au 11 juillet 2008, un atelier de réflexion et d’échange sur le suivi et le contrôle des opérations forestières. Cet atelier qui était conduit par GFW en collaboration avec le CIFOR, la GTZ et REM, était le premier d’une longue série d’échange entre les différentes parties prenantes au contrôle ayant pour finalité le renforcement des capacités des cadres du MINFOF. Au cours de cette atelier, les échanges ont porté sur six points: les bases de données, la production, le transport et le circuit du bois, l’exportation, la cartographie, la taxation du bois. Un accent particulier a été accordé à l’identification des acteurs, des astuces, des techniques et des outils permettant aux contrôleurs d’avoir une meilleure approche analytique et conceptuelle dans la détection des infractions. Il ressort ainsi de cet atelier que les efforts devront s’orienter dans le sens :

• De l’amélioration des conditions de travail des contrôleur (logistique, équipement, documentation, information, technique) tant au niveau central que provincial.
• Du développement d’une stratégie de communication accessible et efficiente entre les différentes structures en charge du contrôle.
• Du développement d’un guide pratique du contrôle des activités forestières
• De l’établissement d’une plate forme interministérielle des différentes structures concernées les activités de contrôle.
• De la capitalisation et du développement des modules de formation dans le contrôle forestier qui pourront être enseignés dans les écoles de formation.

L’Observateur Indépendant (REM) a marqué sa participation à cet atelier en apportant son expérience acquise au fil des années. Il a aussi préparé et présenté plusieurs modules de formation notamment la production, le transport et le circuit du bois. Cette intervention de REM a été accueillie avec le plus grand intérêt par les séminaristes, ce qui s’est traduit par le niveau et la qualité des débats qui ont suivi chaque présentation.

Perspectives

Au-delà de la série de recommandations d’ordre générale et des avancés de l’atelier qui ont permis aux participants de s’approprier de nouveaux éléments saillant à prendre en compte dans toutes les activités de contrôle, il ressort un besoin réel de mise à niveau des cadres du MINFOF en matière de contrôle tant au niveau central que dans les services déconcentrés. En outre l’objectif d’avoir un même référentiel d’appréciation et d’analyse des données collectées doit rapidement conduire à l’élaboration d’un guide pratique du contrôleur. Toutes ces mesures devront par ailleurs s’entourer d’un bon niveau de collaboration entre les différents services pour rendre les contrôles plus efficaces (BNC, BPC, SIGIF, PSRF, COMCAM, SGS, SEPBC, DIT).

Conclusion

L’atelier sur le renforcement des capacités des contrôleurs a permis aux cadres du MINFOF de s’approprier de nouvelles astuces en matière de contrôle. Il a aussi permis d’identifier les points d’ombre et les insuffisances qui pourraient entraver la mise en œuvre de la stratégie nationale de contrôle s’ils ne sont pas résolus. Il a aussi été une occasion pour les contrôleurs de savoir quelles bases des données sont disponibles, utilisables et comment les manier pour un contrôle efficace.

Recommandations

- Redynamiser les liens de collaboration entre les différents services qui interviennent dans le contrôle et le suivi des activités forestières (BNC, BPC, PSRF, SIGIF, COMCAM, CACOFLEX, SPBC, DIT, SGS)
- Elaborer de manière urgente un guide pratique du contrôleur qui permettra de combler les vides de la stratégie nationale de contrôle forestier et faunique
- Organiser un atelier de formation spécifique à la maîtrise des outils de contrôle (GPS, GIS, Bases de données etc)