Crise des bureaux au MINFOF

Contexte

La création du Ministère des Forêts et de l’Environnement (MINEF) figure parmi les grandes reformes du secteur forestier camerounais de dix dernières années. En décembre 2004 le MINEF a été transformé en deux ministères différents à savoir le Ministère des forêts et de la faune (MINFOF) et le Ministère de l’environnement et de la protection de la nature (MINEP), sans que leur ancien patrimoine commun immobiliers, mobiliers et roulants ne soient répartis. Depuis lors, certaines dissensions autour de ce patrimoine s’observent entre les deux ministères tant au niveau central que provincial.

Situation observée

Au matin du 13 août 2007, certains responsables du MINFOF ont trouvé les serrures de leur bureau remplacées suite à une initiative des responsables du MINEP. Il s’agissait notamment des bureaux des Sous Directions des inventaires et aménagements forestières, des Agréments et de la Fiscalité et de la Foresterie communautaire. Plusieurs d’autres agents du MINFOF, y compris la Cellule Juridique étaient aussi concernés mais leurs bureaux n’avaient pas encore été touchés le MINEP.

Pendant plus d’une semaine, des services importants du MINFOF n’ont donc pas pu accéder à leurs bureaux et certains agents n'ont pas eu accès à leurs dossiers courants ou leurs archives. Plusieurs activités du MINFOF ont donc été en suspens, y compris une séance du Comité de Lecture des rapports de l’Observateur Indépendant et des agents de contrôle qui a été reportée, faute de salle.

Cette crise de bureaux au sein du MINFOF aggrave une situation déjà préoccupante. Par exemple, la Brigade Nationale de Contrôle n’a jamais eu de bureaux proprement dits. Le Chef de brigade utilise comme bureau un ancien magasin d’environ 2,5m sur 3m, sans ouverture ni fenêtre et utilisé pour stocker le fruit de diverses saisies telles que défenses d'éléphants et tronçonneuses. Le reste de ses onze (11) collègues se partagent des salles de mêmes dimensions et dans des conditions similaires.

Perspectives

La crise de bureaux qui affectent des services techniques importants du MINFOF comme les sous directions d’inventaires, d’aménagement, de fiscalité, de foresterie communautaire ainsi que la Brigade Nationale de Contrôle, est de nature à avoir un impact négatif sur leur efficacité et productivité, surtout dans le contexte actuel où le Cameroun vient de franchir un pas déterminant du processus FLEGT avec l’annonce du début des négociations d’un Accord de Partenariat Volontaire.

Cette carence de bureaux à laquelle fait face le MINFOF affecte plus particulièrement le contrôle forestier, étant donné le caractère sensible de ce travail et son importance dans le secteur. Les 12 membres de la Brigade Nationale de Contrôle (BNC) se partagent six tables de travail, donc pendant que certains travaillent, d’autres attendent dans des couloirs.

Conclusions

- Le MINFOF et le MINEP se disputent les bureaux et autres éléments du patrimoine commun ;
- Plusieurs services du MINFOF sont pratiquement paralysés par le fait que leurs bureaux aient été pris de force par le MINEP ;
- Le contrôle forestier est particulièrement affecté par cette crise de bureaux

Recommandations

- Que le MINFOF et le MINEP résolvent une fois pour toute la question de partage du patrimoine ;
- Que les services importants du MINFOF comme la Brigade Nationale de Contrôle soient dotés des bureaux favorisant une amélioration de leur rendement.